1, rond point Saint-Exupéry

Angle avenues  Hassan II et Moulay Youssef

8ème étage - Appt 37 - Parking

20130 Casablanca, Maroc 

virginiecim@wanadoo.fr

Tél : +212 6 84 87 63 44

  • https://www.facebook.com/virginiepot
  • https://www.instagram.com/virginie_p
  • https://www.linkedin.com/in/virginie

Blog

Bien choisir son eau

May 31, 2019

 

L'eau qui doit être bue

 

Quelle eau devez-vous boire selon votre typologie et vos objectifs de santé ?

L’eau - faut-il encore le rappeler ? – est le constituant le plus important du corps, environ 70% en volume et jusqu’à 99% en nombre de molécules ! C’est dire l’importance que la qualité de l’eau revêt chaque jour dans notre alimentation …

Pourtant, l’eau reste méconnue, car aucun enseignement synthétique et rigoureux sur ce thème n’est délivré aux médecins et aux nutritionnistes, afin qu’ils acquièrent un peu plus de respect pour cet élément vital de notre corps et donc qu’ils en informent leurs patients !

Vous trouverez ci-dessous les principaux critères de qualité qui font que votre eau vous convient ou pas, qui font qu’elle va être absorbée, assimilée par vos tissus et vos organes et qu’elle va jouer son rôle de médiateur si important pour toutes les réactions biophysiques et biochimiques de vos cellules.

Il y a en tout 10 critères importants pour caractériser une eau :

 

 1 – la pureté 

Pour laver efficacement votre corps, il vous faut absorber une eau pure ! Ce n’est pas si évident aujourd’hui, tant l’eau de la ville comme les eaux en bouteille de PET (= polytéréphtalate d'éthylène), présentent des défauts sur ce point : l’eau du robinet contient en effet de nombreux résidus de médicaments et de pesticides agricoles. L’eau en bouteille, outre son côté anti-écologique à cause du plastique rejeté dans l’environnement, contient des aldéhydes toxiques et de l’antimoine provenant du PET.

>>>Pour boire une eau pure, la seule solution est donc de filtrer et même de traiter l’eau distribuée au robinet par osmose : c’est une opération rentable, précise et qui permet d’obtenir une eau pure, même vis-à-vis des éventuels polluants dont on ne connaîtrait pas encore la présence dans l’eau (comme les nanoparticules, par exemple)?

L’eau traitée par osmose a toutefois 3 défauts : son pH est parfois trop bas, sa minéralité est éventuellement faible et sa structure cristalline ainsi que son énergie ont disparu. Toutefois, ceux-ci peuvent être corrigés aisément, afin d’offrir au consommateur une eau d’une part purifiée, mais aussi par ailleurs régénérée et redevenue vivante (voir § 9).

 

 2 – le pH 

Il s’agit de la mesure de l’acidité de l’eau.

Si on boit une eau trop basique (l’inverse de l’acidité forte), on peut contrarier à terme le potentiel de digestion de l’estomac qui se réalise en milieu très acide puis, par contrecoup, contrarier aussi le travail du pancréas.

La suite de la digestion se fait mal, car les bactéries de putréfaction prennent le dessus sur celles de la fermentation qui nous sont plus utiles !  La flore de fermentation (bifidum, colibacilles) est en effet celle qui répare les muqueuses de l’intestin, celle qui produit des vitamines (vitamines K et B par exemple) et celle qui module notre réponse immunitaire vis-à-vis des aliments eux-mêmes !

>>> La règle est donc de boire plutôt acide (entre les valeurs de PH 6.5 et 7.0, voir sur les étiquettes des eaux en bouteille), toutefois sans excès d’acidité (éviter les eaux à pH inférieur à 6) et, en tout cas, de ne pas boire longtemps trop basique (pH supérieur à 7.5), ou bien sinon sous la forme d’une cure ponctuelle de 8 à 10 jours pas plus.

 

3 – la température

>>> Il faut boire le plus souvent chaud : le matin au lever de manière abondante, après le jeune prolongé de la nuit, mais aussi dans la journée, entre et pendant les repas. L’eau chaude réchauffe et aide à la digestion. Terminer un repas par un verre ou une petite tisane à base d’eau chaude est le meilleur stimulant pour la digestion.

Un principe ancestral dicté par l’Ayurvéda s’avère toujours juste : si vous voulez perdre du poids, votre métabolisme ralenti a besoin d’eau chaude ; si au contraire vous souhaitez en gagner, votre métabolisme refroidi a encore besoin d’eau chaude. Il en va de même si vous prenez de l’âge ou bien si vous êtes convalescent et à fortiori durant les saisons froides ou fraîches. Buvez chaud !

 

4 – la teneur en bicarbonates

Les bicarbonates de calcium ou de magnésium contenus dans l’eau peuvent constituer une arme anti-acide sous forme de retardataire.

Les bicarbonates sont importants pour le corps, car ils sont les piliers du système tampon du sang, un ensemble de processus qui fixe la valeur du pH du sang autour d’une valeur constante de 7.35. Dans un premier temps, équilibrer son alimentation en aliments acidifiants (viandes, charcuteries, laitages, sucres) et/ou alcalinisants (fruits et légumes) est un des secrets d’une bonne santé.

Cependant, les bicarbonates de l’eau peuvent neutraliser aussi les acides des aliments et même l’acide lactique du muscle dont le rein doit se charger. D’où l’intérêt bien réel des eaux riches en bicarbonates, comme l’eau de Quézac, l’eau de Perrier et surtout l’eau de Vichy.

>>> On remarquera que ces eaux qui luttent efficacement contre les acides du corps ont elles-mêmes un pH acide (Vichy de pH 6,6 par ex). En matière de lutte anti-acide, c’est bien le taux de bicarbonates (base retard) qui est important et non pas le pH.

 

5 – le degré d’oxydation

Oxyder une eau est nécessaire pour la désinfecter des bactéries qui sont présentes dans les réseaux, parfois en trop grandes quantités. C’est ainsi que l’on utilise du chlore (eau d’adduction), de l’ozone (piscines), du péroxyde d’hydrogène, etc … pour lutter contre les germes de l’eau.

Cependant, boire une eau oxydée à long terme, c’est … s’oxyder soi-même, donc vieillir quelque peu à chaque verre absorbé. Il vaut donc mieux éviter de boire à long terme les eaux oxydées.

Après filtration ou osmose, l’eau de ce point de vue devient très acceptable du fait de l’élimination des molécules oxydantes résiduelles présentes (chlore et chloramines) dans les eaux d’adduction.

L’oxydation de l’eau est une valeur méconnue, très largement sous-estimée : pour un aliment aussi essentiel que l’eau, son impact sur la santé est pourtant très important.  Boire ou manger des aliments oxydés tous les jours amène logiquement aux maladies de l’oxydation et du vieillissement (cancers, thrombose, infections froides à bactéries et à virus, accidents vasculaires et infarctus). Concernant l’eau bue qui représente 99% de nos molécules de constitution >>> il serait plus que temps d’informer les populations que l’eau d’adduction est vraiment oxydée par le chlore et que l’on peut facilement modifier cet état de fait par filtration ou osmose avant consommation.

 

6 – la salinité ou dureté de l’eau

Il s’agit là de la teneur en minéraux, dont l’essentiel est constitué par la présence de calcium et de magnésium. Cette valeur se lit aussi sur les étiquettes des eaux en bouteille !

Les eaux à minéralité globale élevée, entre 1600 et 4300 mg/litre (Hépar, Contrex ou Vichy) sont à déconseiller aux personnes qui veulent nettoyer leur sang et leur tissu conjonctif (intoxication, obésité, surpoids), car ces eaux sont trop salées, ce qui favorise plutôt la rétention d’eau et moins le drainage des tissus.

>>> Les eaux de source, entre 25 et 110 mg/litre (Mont-roucous, Montcalm, Celtic, Volvic) ou encore les eaux traitées par osmose, entrent à l’inverse dans la catégorie des eaux très peu salées et sont donc des eaux de drainage à proposer aux personnes en surpoids. Pour les personnes maigres, il faut au contraire corriger ce relatif manque de sels minéraux : une eau osmosée sera ainsi passée sur un lit de coraux ou bien d’algues de type lithothamne, ou encore adjuvée de solutions d’oligo-éléments, comme le plasma de quinton …

Car le champ magnétique d’une eau passe par les ions dissous en elle : elle doit donc contenir un squelette minéral minimum (entre 60 et 120 mg/L), même si celui-ci n’est que peu ou pas absorbé.

 

7 – la quantité

Il faut boire selon sa soif tout en essayant … de ne pas oublier de boire !

>>> La recommandation classique est d’absorber jusqu’à 30 ml d’eau pure par kilo de poids et par jour !

Boire beaucoup est bon pour les personnes de corpulence médiane et surtout pour les personnes maigres, qui sont vite déshydratées, alors que les personnes en surpoids n’ont pas besoin de boire en rapport avec leur poids, disposant d’un volant d’eau interne suffisant. 30 ml/kg/j est une indication valable pour les personnes de poids normal ou plutôt réduit. Pour les autres en surpoids, il faut boire, mais pas trop : 30 ml/kg et par jour doit se calculer alors sur le poids idéal minimum et non pas réel.

>>> Le plus important pour tout le monde est de boire chaud et goûteux (avec herbes ou tisanes), ce qui aidera inévitablement à atteindre la bonne dose d’hydratation journalière ; lorsqu’on boit ainsi, on arrive facilement à augmenter sa quantité de boisson de 10 à 20% ! Ce qui constitue une véritable révolution pour le corps et un réel traitement médical, si l’eau est de bonne qualité.

Boire plus, c’est toujours améliorer des problèmes de santé comme les inflammations de la peau, la constipation, les différents types de cystite ou les maux de tête ou de dos, qui sont souvent les premiers signes d’une déshydratation chronique.

>>> Si l’on boit un diurétique comme le café ou le thé noir (une mauvaise habitude adoptée par beaucoup en début de journée), alors il faut augmenter du même volume sa ration quotidienne en eau plate.

 

8 – le rythme des verres d’eau

Mis à part la quantité globale, le moment d’hydratation est aussi un point important à considérer.

>>> L’idéal est de boire, ainsi que le recommande l’Ayurvéda, abondamment le matin au lever, soit par exemple, 2 tasses d’eau ou de tisanes chaudes. Une eau chaude, car le métabolisme du matin est encore ralenti et qu’il sera ainsi activé. Ensuite, il faut boire entre les repas selon sa soif et son activité physique, les sportifs et les travailleurs de force ne devant pas oublier de prendre un peu de sel (ou du plasma de quinton hypertonique) après avoir beaucoup transpiré.

Pendant les repas eux-mêmes, il est conseillé de boire peu, mais chaud et de terminer un repas encore par une petite prise d’eau chaude, de façon à lancer idéalement la digestion (surtout si l’on a, par gourmandise, pris un dessert glacé).

 

9 – l’énergie de l’eau et sa structure

L’eau n’est pas qu’un tas de molécules de H2O sans organisation : il s’agit en fait d’un réseau, d’un véritable cristal liquide, en perpétuel remaniement, à un rythme très élevé de 1012 fois par seconde !

Ce réseau très fin est porteur d’informations ; si l’eau a contenu des polluants, leur mémoire reste gravée dans la structure de l’eau et seule l’osmose inverse peut à la fois éliminer ceux-ci et en même temps effacer cette mémoire résiduelle.

A ce stade, l’eau mérite d’être ré-informée, idéalement par certaines céramiques, qui proviennent du sol compacté ou de la roche, tels que ceux ou celles qu’elle a pu « fréquenter » à sa source ! Les céramiques EM sont l’exemple d’un bon matériau de régénération de l’eau tout juste traitée par osmose.

L’eau redevient ainsi un réseau pur, porteur d’informations originelles : >>> le passage par un appareil à vortex est le moyen privilégié pour obtenir alors une eau dynamisée, pleine d’énergie mécanique et lumineuse : au sein du vortex, la pression de gravitation diminue et donc le champ magnétique augmente, ce qui rend l’eau naturellement magnétisée et restructurée physiquement.

 

10 – le prix de revient très bas

Une eau de grande qualité nutritionnelle doit pouvoir bénéficier à tous, sans être chère ! C’est le cas des eaux filtrées et aussi des eaux traitées par osmose, dont les prix de revient tout compris sont très inférieurs à ceux des eaux en bouteille.

Des technologies donc à la fois écologiques, mais aussi économiques.

L’eau idéale à boire pour chacun

Quelle eau faut-il donc boire ? C’est un choix important, puisqu’il conditionne quelques 70% de notre volume de base et même 99% de la population de toutes nos molécules !

 

(Source passeport santé)

 

 

Eau : le point de vue des naturopathes

 

1 - Contre l'eau du robinet

En naturopathie, on déconseille généralement l’eau du robinet comme source quotidienne d’eau. On préfère, de loin, l’eau de source ou encore l’eau du robinet, filtrée. C’est ce que recommande notamment Dr Andrew Weil1, médecin et naturopathe américain.

 

Eau pure? L'eau « pure » - H2O et rien d'autre - n'existe pas dans la nature, puisque toute eau « naturelle » contient des micro-organismes, des minéraux et autres éléments chimiques. Même celle que l'on cueille à la source, en région sauvage.

 

D’après lui, le corps est sensible au chlore et au plomb présents dans l’eau, même s’ils y sont en quantités infimes. Son inquiétude concerne surtout les personnes plus sensibles aux contaminants, comme les bébés, les jeunes enfants et les femmes enceintes. Céline Arsenault, infirmière et naturopathe québécoise, partage son avis. « Nous constatons facilement que les eaux dites potables, mais qui sont chlorées et fluorées, modifient insidieusement notre équilibre interne. Cette modification de notre terrain biologique nous prédisposera à souffrir de certains problèmes de santé et à être plus vulnérables à certains virus ou mycoses », affirme-t-elle dans l’un de ses ouvrages.

L’eau du robinet est-elle de qualité? Les experts en santé publique et les naturopathes répondent en tenant compte de facteurs différents. En santé publique, outre le goût, l’odeur et l’apparence de l’eau, deux valeurs prédominent : la qualité au point de vue microbiologique et la présence de substances indésirables qui respecte les normes de sécurité. « En naturopathie, on pense qu’il existe d’autres mesures de la qualité de l’eau », précise Danielle Ruelens, naturopathe.

 

2 - Méfiance à l'endroit des minéraux

Bien entendu, les naturopathes reconnaissent l’importance d’une eau bactériologiquement saine. Ils privilégient en outre la consommation d’une eau qui contient peu de minéraux. Les principaux minéraux retrouvés dans l’eau sont le calcium, le sodium, le magnésium et le potassium. « La tendance est de recommander aux gens de boire davantage d’eau. On ne veut pas, par la même occasion, imposer un travail de filtration supplémentaire aux reins », explique Danielle Ruelens.

>>> En naturopathie, on considère que les meilleures sources de minéraux sont les végétaux : les fruits et les légumes crus, les céréales complètes, les fruits secs et les noix9. Sous cette forme, ils seraient plus facilement assimilables par l’organisme. Les minéraux de l’eau ne seraient absorbés qu’en quantité infime parce qu’ils ne sont pas chélatés à des substances organiques, explique Danielle Ruelens. L’eau étant considérée comme un élément purificateur important, on souhaite donc qu’elle soit peu concentrée en minéraux et autres substances.

 

L’osmose inversée
Ce système de filtration utilise la pression pour faire passer l’eau à travers une membrane très fine, qui retient la grande majorité des minéraux, des produits chimiques et des métaux lourds.

 

Pour la consommation quotidienne, les naturopathes préconisent habituellement une eau contenant au total un maximum de 100 parties par million (ppm) de minéraux3. Cette concentration en minéraux de l’eau se rapprocherait de celle du corps, donc ne le surchargerait pas. À titre comparatif, l’eau Perrier en contient environ 475 ppm. Certaines eaux de source contiennent peu de minéraux. On peut aussi obtenir cette teneur en minéraux en traitant l’eau du robinet par osmose inversée : cela donne une eau contenant environ 5 ppm de minéraux. Les filtres à eau sont une autre solution. Il en existe plusieurs types : filtres au charbon actif, filtres de céramique, etc. Certains peuvent être installés directement sur le robinet, d’autres prennent la forme de pichets filtrants. La teneur totale en minéraux de l’eau filtrée dépend des caractéristiques initiales de l’eau du robinet.

>>> Les eaux riches en minéraux possèdent des vertus thérapeutiques et peuvent convenir à des cures thermales de courtes périodes (sous la supervision d’un professionnel de la santé). Il est toutefois déconseillé d’en boire quotidiennement, car elles fatigueraient les reins.

 

L’eau distillée
Surtout utilisée en laboratoire, l’eau distillée sert de base à la préparation des remèdes homéopathiques et d’autres remèdes à caractère vibratoire. On l’obtient en récoltant la vapeur d’eau (l’eau condensée) après l’ébullition.

 

En ce qui concerne l’eau distillée, une eau complètement déminéralisée, les avis sont partagés. Certains la déconseillent aux personnes en santé parce qu’elle pourrait déminéraliser le corps, mais l’utilisent dans le cadre de cures ou de jeûnes (en cas de problème rénal ou d’arthrite, par exemple). D’autres estiment cependant que boire une eau déminéralisée ne pose pas de problème puisque nous puisons les minéraux dans notre alimentation.

 

 

3 - La vitalité, une autre qualité de l'eau

Certains naturopathes et médecins, surtout européens, se réfèrent à la bioélectronique de Vincent pour déterminer la qualité d’une eau et même l’état de santé d’un individu.

Cette méthode d’analyse des solutions aqueuses a été créée en 1948 par un ingénieur français, Louis-Claude Vincent. À la base de ce concept, se trouve l’idée que la santé dépend des échanges d’énergie dans le corps. Ce mouvement énergétique reposerait en grande partie sur l’eau que l’on boit. Pour transmettre sa « vitalité », l’eau devrait posséder une certaine valeur énergétique (être en mouvement), contenir peu de minéraux et le moins possible de produits chimiques.

Il est possible de faire tester son eau domestique selon la bioélectronique de Vincent. >>> Selon ses principes, une eau bonne pour la santé devrait être légèrement acide (un pH de 6 à 7), avoir un potentiel réducteur plutôt qu’oxydant (un rH2 de 25 à 28) et une résistivité élevée (>6 000 ohms).

Le traitement de l’eau du robinet au chlore la rendrait plutôt alcaline et oxydante, donc compromettrait sa qualité. Le degré d’acidité de l’eau distribuée par les réseaux publics doit respecter les normes établies par l’Organisation mondiale de la Santé et les gouvernements. Il doit se maintenir entre 6,5 et 8,56,7 - une eau plus acide entraînerait la corrosion du système de distribution d’eau, tandis qu’une eau plus alcaline réduirait l’effet désinfectant du chlore. L’intérêt et les applications de cette méthode sont, pour le moment, difficilement évaluables vu le peu de données à son sujet.

 

Pour revitaliser l’eau du robinet

L’eau du robinet est considérée comme « morte », vide d’énergie vitale, en raison de son contenu en polluants chimiques et de sa stagnation. Pour la redynamiser, voici ce que propose l’une de nos sources en naturopathie4 :

D’abord, la filtrer pour obtenir une eau la plus pure possible.

Ensuite, laisser l’eau sous les rayons du soleil durant toute une matinée, dans une bouteille de verre, ou encore y ajouter du jus de citron (certains recommandent le jus d’un demi-citron par 18 litres d’eau).

Enfin, l’agiter énergiquement avant de la consommer. On peut aussi faire passer l’eau dans un générateur de tourbillons ou utiliser d’autres types de vitalisateurs. Vous pouvez vous informer auprès d’un naturopathe.

 

4 - Une question de valeurs?

Hélène Baribeau, nutritionniste, croit que le choix d’une eau repose davantage sur les valeurs et la philosophie de vie que sur des bases scientifiques. Un avis partagé par une experte en nutrition de l’Université Harvard et par Robert Tardif de l’Université de Montréal. « Ne pas boire l’eau du robinet est davantage un choix personnel, croit-il. Une façon, en quelque sorte, d’interpréter le risque qui peut exister, mais on doit être conscient que ce risque est extrêmement faible. »

On sait tous que dans les pays développés, l’eau du robinet est potable, c’est-à-dire qu’elle n’est pas dangereuse pour la santé, estime Hélène Baribeau. Mais tout comme certaines personnes privilégient les fruits et légumes biologiques, d’autres préfèrent consommer une eau de source ou une eau filtrée, par mesure de précaution. « Peut-être que les produits chimiques contenus dans l’eau du robinet créent un léger débalancement et de petits symptômes, mais peut-être aussi que nous avons un super système qui permet de neutraliser tout cela. La priorité est de boire suffisamment d’eau. Et l’eau du robinet reste une source peu coûteuse et accessible à tous », soutient Hélène Baribeau.

Le seul fait de boire une eau de source ou une eau filtrée n’amènera pas nécessairement une amélioration visible de la santé, estime, quant à elle, Danielle Ruelens. En naturopathie, le choix d’une eau la plus pure possible fait souvent partie d’un régime de désintoxication pour rééquilibrer le corps en cas de maladie. Une mesure à laquelle s’ajouteront une saine alimentation et d’autres moyens adaptés à chacun. « Boire une eau de qualité fait partie de tout un ensemble dans une approche holistique de la santé », conclut-elle.

 

(Source passeport santé)

 

Eau Kangen : que faut-il en penser ?

 

Lorsque les premières machines Kangen sont arrivées en France, il y a maintenant environ huit ans, la presse officielle s'est déchaînée contre ce fabricant venu du Japon, qui prétendait produire un appareil capable de structurer l'eau d'une manière tout à fait nouvelle et proposait d'équiper chaque foyer d'une machine fiable, fournissant à la demande une eau ionisée alcaline de haute qualité. Présentée comme une eau de santé pouvant faire reculer les maladies les plus inquiétantes, l'eau Kangen avait tous les attributs pour provoquer l'indignation de la communauté scientifique en France. Vous vous en doutez, ça n'a pas raté !

"Escroquerie, pyramide de Ponzi, machine à fric…", on a tout entendu à propos de cette fontaine à eau inventée par le Dr Hiromi Shinya. Mais finalement, aucune étude officielle ne s'est attachée chez nous à mesurer précisément les bienfaits de cette eau "miraculeuse", et on n'en a retenu qu'une seule chose : une telle machine vendue par le système de vente directe (comme les Tupperwares) ne pouvait être qu'une fumisterie. Tâchons d'y voir plus clair. 

Trois arguments sont mis en avant :

  • l'eau Kangen est la solution contre l'acidose;

  • elle retarde le vieillissement et sape les fondations des maladies;

  • elle permet une meilleure hydratation.

 

1 - L'eau alcaline est-elle un remède contre l’acidose ?

Il est désormais reconnu par tous les nutritionnistes, en accord avec les naturopathes, que notre santé dépend largement de notre équilibre acido-basique. Cela signifie que notre organisme fonctionne de façon optimale lorsque les substances acides et basiques qui entrent dans la composition des tissus et des liquides organiques sont en équilibre aboutissant à un pH urinaire neutre (environ 7).
Dans le monde moderne, c'est l'acidose qui prédomine. Elle est due à la consommation de café, d'alcool ou de tabac, à la sous-oxygénation, aux carences en vitamines, à la mauvaise élimination des acides par les reins et la peau, au stress, à l'anxiété, l'agressivité… Mais plus que toute autre cause, le facteur-clé de l’acidose est l'alimentation. Nous consommons beaucoup plus d’aliments acidifiants (sucres raffinés et lents, graisses, viande), que d’aliments basifiants (salades, crudités, légumes cuits…). 
En réaction, notre corps s’efforce d’atténuer ces dégâts à l’aide d'un système tampon qui mobilise des minéraux basiques dans le sang et les tissus qui, eux, se déminéralisent – d’où tous les problèmes qui en découlent : inflammations, douleurs, affaiblissements musculaires, cartilagineux, osseux...

Peut-on inverser la tendance avec de l'eau au pH élevé ?

La consommation d'eau alcaline (à pH élevé) semble donc être la solution idéale pour lutter contre l'acidose, mais le fonctionnement de l'organisme est plus complexe que cela : le pH de notre organisme est celui de notre urine, et non de nos aliments. Arrêter de mettre du vinaigre sur vos tomates et moins consommer d’oranges et de pamplemousse ne vous permettra assurément pas de prévenir l’acidose. Le citron, par exemple, est acide en bouche, et pourtant basifiant pour le corps ! 
En réalité, l'organisme est parfaitement équipé pour rétablir seul son équilibre acido-basique, à condition qu'il ait une réserve suffisante de minéraux pour le faire. C'est pour cela qu'une alimentation saine et riche en minéraux est sans conteste le meilleur remède contre l'acidose. >>> Et que l'eau alcaline (ph de 9,5) telle qu'elle sort de la fontaine Kangen n'est donc pas nécessairement la solution au problème de l'acidose.
Par ailleurs, boire une eau basique trop souvent contrarie à terme la digestion. Celle-ci se réalise dans un milieu très acide, qu’il ne faut pas trop contrarier, faute de voir se dérégler notre pancréas. Or s’il y a bien un organe auquel il faut faire attention, c’est celui-là.

Lorsque nous buvons de l’eau trop basique, nous exposons notre système digestif à un abaissement sensible de l’acidité, et ce sont alors les bactéries de putréfaction qui prennent le dessus sur celles de la fermentation. Or les bactéries les plus utiles qui peuplent notre estomac sont celles de la fermentation : bifidum, colibacilles. Ce sont elles qui réparent les muqueuses de l’intestin et qui produisent certaines vitamines essentielles au bon fonctionnement de notre corps : K et B, entre autres.
>>> Ainsi, contrairement à ce qu'on pourrait penser de prime abord, il faudrait plutôt boire une eau acide (pH 6,5/7) et éviter les eaux trop acides (pH<6), tout comme les eaux trop basiques (pH>7,5). Plus que l'eau, c'est la charge minérale des aliments qui permet à l'organisme de faire fonctionner son "tampon" et de rétablir le pH à sa valeur normale.

 

2 - L’eau Kangen est-elle une eau anti-vieillissement ?

En quoi consiste exactement l’eau Kangen ? En une modification de la composition chimique de l’eau opérée par la station, réalisée par deux électrodes et un filtre. L’eau Kangen que vous buvez compte une plus grande charge en électrons et en hydrogène (H-). Cela entraîne deux effets : une désacidification et une désoxydation. C’est surtout en termes de désoxydation ou de charge électronique que l’eau Kangen est intéressante du point de vue de la santé. En effet, elle est extrêmement antioxydante.

La charge électronique de l’eau

Tout corps chimique possède un potentiel électronique, qui se mesure selon une échelle, allant de 0 à 48 rH2. Un indice rH2 équivalent à 0 indique une oxydation nulle, et 48, une oxydation très élevée. L’oxydation est un déficit en électrons que l’on perçoit dans la rouille ou la chute des fleurs en automne. Elle existe aussi dans nos cellules et correspond à la déperdition chimique due au vieillissement. 
Cela compte beaucoup dans les aliments que nous consommons, et donc dans l’eau que nous avalons régulièrement pour régénérer notre corps, puisqu'il y est l’élément le plus présent. Une eau qui présente un indice rH2 élevé est très oxydante et accélère la déperdition des électrons dans notre organisme, tandis qu’une eau d'un indice rH2 bas est réductrice, ou antioxydante, c’est-à-dire qu’elle compense fortement la déperdition électronique de nos cellules, soutenant notre système immunitaire.
Prenons maintenant l’eau courante des villes. Celle-ci, malgré l’épuration qu’elle subit, est polluée. On y rajoute du chlore pour en tuer les bactéries, sans quoi elle serait imbuvable, or la présence de chlore l’oxyde très fortement. A Montréal, on atteint un indice de rH2 de 40 ! Cette eau est nocive à terme pour le corps. 
>>> Au contraire de l’eau du robinet, l’eau Kangen est très réductrice. Son indice rH2 est extrêmement bas, de 5 jusqu’à zéro, ce qui en fait un antioxydant surpuissant ! A ce titre, c'est une véritable eau de jouvence. Une eau qui est bonne pour la peau, qui régénère vos cellules, qui est anti-âge et anti-cancer lorsqu’elle est bue dans des proportions raisonnables. C'est aussi une eau dans laquelle les bactéries et parasites dépérissent. 
Seul inconvénient, son caractère très antioxydant met votre système immunitaire en veille, en prévenant les dysfonctionnements de votre corps. Or l'organisme est paresseux par nature, et si quelqu'un fait le travail à sa place, il prend de mauvaises habitudes et se démobilise. Dès lors, en s’habituant à cette dose énorme d’électrons, il désamorce ses propres défenses contre les radicaux libres oxydants. >>>L'eau Kangen est donc une eau de santé exceptionnelle, oui, mais suivez notre conseil : faites-en des cures, en ne buvant qu'elle pendant trois semaines... tous les trois mois.

 

3 - L'eau Kangen permet-elle une meilleure hydratation ?

Sans aucun doute, ne serait-ce que parce que l'eau du robinet est une eau morte et polluée. On y trouve des œstrogènes, dus aux médicaments et aux pilules contraceptives, des métaux lourds, des résidus de pesticides, du chlore (nous l'avons vu), qui sont aussi nocifs que difficiles à extirper de l’organisme. Quant aux eaux en bouteille, elles sont tout aussi mortes et ne valent guère mieux que l'eau du robinet après avoir passé des semaines dans leur bouteille en PET. Autant dire que l'eau "classique" n'a qu'un pouvoir hydratant limité. 
>>> L'eau Kangen, filtrée et nettoyée, est donc de bien meilleure qualité. Par ailleurs, l'appareil Kangen fournit, comme tous les autres ionisateurs d'eau du marché, une eau plus  "mouillante". En effet, sans entrer dans les détails, les clusters (groupements de molécules) de l’eau du robinet se composent d’environ 10 à 13 molécules d’eau. Sous l’effet de l’ionisation, les clusters sont composés d’environ 5 molécules d’eau. Les clusters sont donc plus petits. Ils peuvent ainsi pénétrer la cellule plus facilement et donc hydrater en profondeur toutes les cellules de notre corps.

 

Deux utilisations sont recommandées :

  • En cure de trois semaines tous les trois mois en ne buvant qu'elle.

  • En prise quotidienne, sans dépasser un demi-litre par jour (loin des repas pour ne pas perturber le travail de l'estomac).

Une dernière chose : le prix

Comparée à l'eau du robinet, évidemment, il n'y a pas de doute, l'eau Kangen revient beaucoup plus chère. Si on la compare avec le coût des eaux en bouteilles, la balance lui est également défavorable. Mais ce serait comme comparer une serviette de table à une serpillère ! 
>>> Un osmoseur simple, couplé avec des charges reminéralisantes, peut être une solution moins onéreuse (avec la contrainte de son entretien). Les systèmes d'eau sophistiqués (avec Vortex) sont sans doute ce qu'il y a de mieux pour la vitalité de l'eau et sa qualité, mais ils sont tout aussi onéreux que l'eau Kangen et n'ont pas son action antioxydante. 
Pour acquérir la dernière machine Kangen, il vous faudra débourser environ 4 000 euros . C'est un investissement, mais c'est à vous de faire votre choix.

 

(Source Alternative santé)

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Featured Posts

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Archive
Please reload

Follow Me
  • Grey Facebook Icon
  • Grey Twitter Icon
  • Grey Pinterest Icon
  • Grey Instagram Icon